Quelle est la place du mécénat de compétences dans le secteur de la culture?

Prométhéa quel mécénat de compétence dans le secteur de la culture et du patrimoine

Fondée en 1985, Prométhéa est spécialisée dans le mécénat d’entreprise pour les projets culturels et de préservation du patrimoine. Créer des connexions entre les entreprises et les porteurs de projets passent aussi par le mécénat de compétences. Comment celui-ci est-il perçu par le leader du mécénat culturel en Belgique francophone ?

Entretien avec Donatienne de San, Project Manager chez Prométhéa.

We Are Heroes : Comment est-ce que le mécénat de compétences est perçu par les entreprises que vous approchez ?

Donatienne de San : Le mécénat de compétences est un aspect important de la relation association – entreprise. C’est souvent  plus facile pour une entreprise de mettre ses collaborateurs au service d’un projet que de dégager du budget pour soutenir ce projet.
Le mécénat de compétences permet de valoriser le personnel et d’inscrire la démarche de mécénat encore plus profondément dans la culture de l’entreprise.

WAH
: Depuis 2015, Prométhéa organise des séances de speed-coaching entre des porteurs de projets du secteur de la culture et des collaborateurs des entreprises de votre réseau. Dans quel cadre, est-ce que ce projet s’est développé ?

Donatienne de San: Avec le speed-coaching nous sommes entre le mécénat et une forme de coaching. C’est du mécénat de compétences in vivo et sur un laps de temps bien déterminé. Nous espérons que ce type de rencontre permette de créer des relations entre le coach et la personne coachée sur du plus long terme mais cela n’est pas un objectif en soi; il y a déjà une forme de transmission de compétences sur le moment.

Pro Bono, organisation de coaching: avis et conseil pour les associationsProméthéa organise des workshops Pro Bono entre experts et responsables d’associations culturelles.

Prométhéa est un réseau d’une centaine d’entreprises mécènes.
Les acteurs culturels sollicitent souvent notre aide pour trouver du financement auprès des entreprises. Nous pensons que mettre les organisations culturelles et les entreprises de cette façon en contact est porteur d’une valeur ajoutée pour les deux parties. Il y a effectivement d’autres choses que le secteur marchand peut apporter à ces organisations, notamment en matière de compétences.
Le speed-coaching est une nouvelle forme de soutien que peuvent apporter nos entreprises membres au secteur culturel.

WAH : Quelles sont les attentes principales des organisations culturelles ?

Donatienne de San : Lorsque le monde culturel entre en contact avec nous, les attentes principales sont d’ordre financière. Le grand public nous identifie effectivement dans ce rôle d’aide à la recherche de fonds. Ceci étant dit, nous pensons qu’il y a beaucoup d’autres formes de connexion qui peuvent être créées entre les deux mondes. Nous avons pour objectif de mettre le monde de la culture et le monde de l’entreprise en relation.

WAH : Est-ce que les demandes de mécénat de compétences que vous recevez viennent plutôt des organisations culturelles ou des entreprises ?

Donatienne de San : La demande vient plutôt du côté des bénéficiaires que des entreprises qui vont apporter leur aide. Ceci étant dit, il existe des cas particuliers.
Dans le cas de Lexiago, c’est l’entreprise qui était demandeuse. Lexiago est une PME spécialisée dans le traitement de surfaces métalliques. L’entreprise s’est  prêtée au jeu une fois et s’est rendu compte que l’initiative était très positive pour les collaborateurs etc.  Du coup, quand ils ont terminé un projet, ils ont envie à moyen terme de se relancer dans un autre.

WAH : Quels sont les avantages d’après vous pour les entreprises ?

Donatienne de San : L’objectif principal est de contribuer au bien commun, d’être une entreprise citoyenne. Ensuite, il y a la valorisation de leurs collaborateurs et de leur métier. Ensuite, il y a la possibilité d’associer leur logo à des lieux culturels qui attirent du public et donc ceci est aussi bon pour leur image.
On dit souvent que le sponsoring est un affichage quand le mécénat est une signature. L’intention de communication n’est donc pas la motivation la plus importante mais il existe un impact sur l’image à long terme, sur la réputation de l’entreprise. Le fait de faire du mécénat de compétences peut donc être valorisant pour l’entreprise tant en interne qu’à l’externe.

Le Pro Bono permet aux entreprises de concrétiser leur participation citoyenneLa motivation première des entreprises est d’agir pour le bien commun.

WAH : Est-ce qu’en fonction du type de projet à soutenir, le secteur d’activité de l’entreprise est important?

Donatienne de San : Si l’on souhaite que le mécénat fasse partie de la culture de l’entreprise, il vaut mieux que le projet soit aligné avec le métier de l’entreprise ou avec ses valeurs profondes. C’est important si l’on veut que ce soit quelque chose qui perdure dans le temps et qu’il ne s’agisse pas d’un « one shot » qui dépende des gouts personnels d’un dirigeant.

WAH : Est-ce que Prométhéa soutient tous les projets ?

Donatienne de San : Nous ne pouvons malheureusement pas décider à la place d’une entreprise de soutenir ou non un projet. Mais il est vrai que Prométhéa, grâce à son expérience, est en mesure d’identifier assez vite un projet qui peut intéresser une entreprise ou pas. Nous avons beaucoup réfléchi à une série de critères de « mécénabilité », sans pour autant aboutir à une liste figée de paramètres.
Prométhéa est dans une logique d’accompagnement du porteur de projet. Si l’on pense que le projet a du potentiel auprès des entreprises, si le que porteur de projet est dynamique, proactif et comprend qu’il est l’acteur principal dans la démarche, alors nous l’accompagnons dans ses efforts et  nous partageons notre expertise.
Par ailleurs et c’est la meilleure façon d’entrer en relation avec nous, nous organisons des formations pour les porteurs de projet à raisons de 4 fois par an. Dans ce cadre, nous  partageons  un maximum de conseils pratiques pour se connecter avec des entreprises.

Accompagner, conseiller les associations pour leur permettre de déployer leur impactProméthéa partage un maximum de conseils pratiques pour aider les associations.

WAH : Quel serait votre conseil pour les organisations qui recherchent du soutien auprès des entreprises ?

Donatienne de San : Le plus important est de trouver un terrain d’entente avec l’entreprise, de trouver ce qui dans son ADN peut correspondre au projet. Trouver ce qui à l’intersection des deux structures peut les rassembler, quelles sont les valeurs qu’elles partagent etc.
Quand il s’agit d’un soutien de type mécénat de compétence, le lien avec le cœur de compétences, avec l’activité de l’entreprise est encore plus fort. Cet aspect peut être un levier pour établir la collaboration.  Ceci étant il y a plusieurs manières de mettre à disposition les compétences des collaborateurs.

WAH : Est-ce que le mécénat de compétence pourrait être la première étape pour permettre à un porteur de projet d’aller chercher un soutien financier ultérieur

Donatienne de San : Les partenariats en compétences permettent aux deux parties de se découvrir, de développer une relation de confiance. C’est donc une possibilité mais cela ne devrait pas être un objectif dissimulé. Le risque serait que les deux parties soient au final déçues car les attentes de départ n’étaient pas alignées.

En savoir plus sur Promethéa : www.promethea.be

Laisser un commentaire