Quand une petite entreprise devient mécène de compétences.

FINES mécène de compétences

« J’étais en Sicile quand une collègue italienne m’a contactée. Elle m’a dit « J’ai un cousin qui cherche une traductrice. C’est pour traduire bénévolement tous les documents de l’association Goods to Give en néerlandais. »
Je n’ai pas hésité un seul instant, j’ai tout de suite pris contact avec eux et j’ai dit : « Ca m’intéresse.
C’est une opportunité que je ne peux pas rater ! »

Ingrid Verdoodt,  de l’entreprise Fines, réalise des missions en mécénat de compétences pour Goods to Give depuis la création de l’asbl. Goods to Give est une association qui récolte les surplus non-alimentaires et les redistribue auprès des personnes en situation précaire.
Témoignage :

«  J’ai toujours eu la fibre sociale. Je me suis dit que le mécénat de compétences était une bonne façon de pouvoir aider les gens qui en ont besoin sans bouger de chez moi. Le fait de pouvoir contribuer en utilisant mon expertise m’a semblé extraordinaire.

L’équipe de Goods to Give était très étonnée d’avoir une réponse aussi rapide. Et moi, je n’avais même pas eu besoin de réfléchir. J’ai reçu cette demande et je me suis dit «. C’est une opportunité que je ne peux pas rater ! ».

Le mécénat de compétences en pratique

Cela fait bientôt 3 ans que je traduis tous les documents de l’association. Entretemps, leur équipe a grandi et un jeune néerlandophone a rejoint l’équipe. C’est lui qui produit tous les petits textes en interne. Par contre pour la communication officielle comme le bilan annuel ou le contenu sur le site, Goods to Give continue à faire appel à moi.

Je travaille depuis 1982 comme interprète et traductrice. Grâce à mon travail, j’ai l’opportunité de découvrir de nombreux secteurs d’activités. J’avais donc déjà entendu parler du mécénat de compétences. Je connaissais le concept mais je n’en avais jamais fait. Simplement parce qu’on ne m’avait jamais sollicitée.

Bien sûr, en tant que traductrice, vous êtes régulièrement sollicitée pour relire une thèse pour une étudiante par exemple ou pour corriger l’orthographe. Pendant des années j’ai relu les thèses des  amis de mes enfants. Ils savent que je suis néerlandophone et que je connais plusieurs langues comme le français, l’espagnol et l’anglais.

Avec Goods to Give, c’est la première fois que je mets mon temps et mes compétences à disposition de manière officielle et que le nom de ma société est annoncé quelque part.

La relation s’est mise en place de manière tout à fait naturelle et spontanée. Ce n’est pas une collaboration ponctuelle mais vraiment un partenariat. Isaline Desclée, une des responsables ou Fanny, une des collaboratrices, m’envoie un document et me demande si je suis disponible pour traduire le texte. Je traduis du français vers le néerlandais.

C’est souvent assez urgent. J’essaie  alors de travailler également le weekend pour pouvoir leur traduire les documents au plus vite.

Pourquoi faire du mécénat de compétences

Je suis fière de faire du mécénat de compétences.  Je suis fière de pouvoir contribuer à une noble cause, ça me réchauffe le cœur. Le fait de pouvoir faire quelque chose pour les personnes qui en ont vraiment besoin. C’est presque un cadeau qu’on me fait de pouvoir aider.

Ingrind Verdoodt mécène de compétencesIngrid Verdoodt, mécène de compétences en traduction. Copyright: Fines Traduction

Je pense que l’équipe de Goods to Give apprécie beaucoup notre collaboration. Nous avons eu tout de suite un très bon contact. La première fois, nous nous sommes vus pour un déjeuner. Ils ont apprécié ma manière de voir les choses. Suite à cette entrevue, nous avons commencé à travailler ensemble. Et depuis, nous ne nous sommes pas arrêtés.

Quand je renvoie les documents traduits, je leur dis « Chapeau, je suis vraiment fière de ce que vous faites. » L’association évolue très bien. Je suis heureuse d’apporter mon grain de sel à cet édifice. Ma satisfaction est totale.

Quand je parle de mon travail, j’évoque les traductions pour mes clients et aussi pour l’association. Mes connaissances me demandent toujours de quoi il s’agit alors je fais leur promotion. Je n’en parle pas pour dire que  je fais ça gratuitement. Je ne veux pas que ce soit mal interprété. Je leur explique que je fais du mécénat de compétences parce que ça me fait plaisir de le faire.

Je fais aussi la promotion de la démarche. Mes connaissances trouvent cela fantastique que je sois disposée à contribuer de cette manière. Moi je leur réponds : « Cela me semble normal. On a tellement de chance de vivre là où l’on vit, d’être du bon côté. Cela me parait normal d’aider ceux qui n’ont rien. »

Contribuer au vivre ensemble

On fait du mécénat de compétences parce qu’on a envie de contribuer et on se dit : « Ce n’est pas moi qui apporte quelque chose. L’autre m’apporte beaucoup aussi. »  Je pars du principe que tout ce que l’on fait nous apprend quelque chose.  Et chaque journée, je suis payée pour apprendre.

Les valeurs disent beaucoup sur les gens. Etre prêt à donner de son temps et aider les autres,  c’est une valeur qui me tient à coeur. Nous vivons  dans une société. Le terme  en néerlandais, c’est « samenleving », donc vivre ensemble. Si on ne s’entraide pas, on ne peut pas vivre ensemble. Donc pour moi donner du temps aux autres, c’est ce que tout être humain devrait faire.

Lors d’événements difficiles, les gens s’entraident. Pourquoi est-ce qu’on doit attendre un malheur pour se rapprocher ? Etre disposé à aider sans compter est une valeur très importante.

Après tout ce temps j’ai toujours envie de faire partie de l’aventure. Je dis à l’équipe Goods to Give qu’ils peuvent toujours compter pour moi. C’est vraiment la mission de l’asbl et les personnes qui portent ce projet qui me séduisent et me motivent.

Vous aussi vous êtes mécènes de compétences?
Avez-vous envie de partager votre expérience et d’inspirer d’autres entreprises?
Contactez-moi! Je me réjouis d’entendre votre histoire!

Laisser un commentaire